Tests & jeux

Fiche 3

Le silence est-il une simple vue de l’esprit ?

0

0

Télécharger la fiche

Introduction

La demande sociale de silence semble s’accroître depuis une vingtaine d’années en raison de l’énergie sonore accumulée au quotidien au travail, dans les transports, les concerts, les restaurants et parfois même au domicile. Mais le silence est-il vraiment une absence de bruit dans un lieu calme (définition du Larousse) ou convoque-t- il le recueillement au sens religieux du terme ou encore de l’intimité. Etre face à soi... le silence peut aussi terrifier lorsqu’il évoque le vide, le néant, la mort. Ainsi selon les usages sociaux et culturels accordés à la parole et au silence, les individus vont éprouver des sentiments parfois opposé.

  • Publics ciblés :

    Collégiens

  • Thématiques :

    Éducation musicale,  Français,  Histoire-Géographie,  Sciences Physiques

Objectifs

  • 1
    Connaître les paramètres physiques du son
  • 2
    Expérimenter le son, le bruit
  • 3
    S’interroger sur notre propre rapport ausilence, au bruit
  • 4
    Analyser le rapport au silence dans l’histoire

Compétences de l'élève

  • Ecouter de manière sélective les sons qui l’entourent
  • Repérer les sons selon leur intensité
  • Rechercher les informations pertinentes (CDI, internet...)
  • Travailler en groupe
  • S’estimer et être capable d’écoute et d’empathie
  • Utiliser les ressources numériques
  • Exercer son esprit critique
  • Réaliser une production multimédia
  • Réaliser et présenter un exposé

Activites proposées

  • Définir le son, le bruit. Le son s’oppose-t-il au silence ? Échanges avec les élèves sur les sons ressentis comme agréables et désagréables, les sons choisis et les bruits subis
  • Demander aux élèves de créer leur propre échelle de sons, de bruits
  • La physique du son : faire l’expérience avec la cloche à vide pour comprendre le son et sa propagation (air, eau...)
  • La physique du son : comment trouver la fréquence de vibration d’un objet (3ème) ?
  • Cartographie sonore du collège : mesurer le bruit au collège ou dans d’autres lieux à l’aide d’un sonomètre et comparer à l’échelle de bruits créée, voir comment le son évolue dans le temps (journée, semaine).
  • Rechercher les endroits les plus silencieux : quels sont les lieux calmes qui permettent de se ressourcer au collège ?
  • Technologie (3ème) : de quoi est composé un sonomètre ?
  • Recherche documentaire : demander aux élèves de faire des recherches en histoire sur le silence (Présentation orale)
  • Débat sur les représentations du silence pour chaque groupe étayé par des exemples de la vie quotidienne et des exemples dans la littérature ou dans l’histoire de l’art.

Éléments de connaissances et pistes de réflexion

Histoire-Géographie

Les Assyriens croyaient que les divinités maléfiques produisaient des bruits et causaient des tremblements de terre et des orages. Pendant longtemps, le bruit a été un instrument de guerre : un groupe de soldats romains était exclusivement chargé de faire du bruit pour effrayer l’ennemi et jeter la confusion dans ses rangs. Hitler disait en 1935 qu’il n’aurait pas conquis l’Allemagne sans le haut-parleur.

Le silence chez les moines cisterciens : comprendre les pratiques religieuses

Les cisterciens sont une branche réformée des bénédictins dont l’origine remonte à la fondation de l’abbaye de Cîteaux par Robert de Molesme en 1098. L’ordre cistercien joue un rôle de premier plan dans l’histoire religieuse du XIIe siècle. Par son organisation et par son autorité spirituelle, il s’impose dans tout l’Occident, jusque sur ses franges. Son influence se révèle particulièrement forte à l’est de l’Elbe.

« Selon la règle de saint Benoît, écrite vers l’an 540, le silence est primordial à la vie des moines. Pour favoriser ce silence, les Cisterciens, dès la fondation de l’Ordre en 1098, ont adopté les signes, les coutumes qui existaient déjà dans le monde monastique. Ceci permit aux moines de communiquer durant leurs tâches quotidiennes, tout en étant fidèles à la règle du silence.

Pendant plusieurs siècles, le silence était respecté à la lettre dans les monastères cisterciens. Les moniales pouvaient uniquement communiquer avec l’aumônier, l’abbesse et la maîtresse des novices. Entre elles, les moniales n’utilisaient que le langage des signes. Celui-ci ne devait toutefois pas servir à des conversations futiles et à des plaisanteries.

Après le Concile Vatican II, les communautés cisterciennes ont progressivement délaissé le langage des signes. Cependant la règle du silence est encore très importante.

« Le silence est gardien de la parole et des pensées. Il ne s’agit pas d’un vœu de silence proprement dit, mais la parole est réservée à certaines occasions: rencontres avec les supérieurs et accompagnateurs spirituels, réunions communautaires et échanges relatifs au travail. Le silence relatif des moines et des moniales fait partie intégrante de leur vie spirituelle. En évitant de prononcer des paroles inutiles, ils restent ouverts et disponibles à la prière solitaire devant Dieu.»

(https://histoiresduniversites.wordpress.com/2016/08/09/labbaye-de-senanque/)

Education musicale

Le silence selon John Cage « 4minutes 33 » ou « 0’0’’ »

John Cage, compositeur américain propose un morceau de silence. Le morceau« 4minutes 33 » a été interprété par David Tudor (pianiste) le 29 août 1952, au Maverick Concert Hall de Woodstock dans l’État de New York, en tant que partition de musique contemporaine pour piano.

Le pianiste s’est assis au piano, a fermé le couvercle. Après un moment, il l’a ouvert, marquant ainsi la fin du premier mouvement. Il a réitéré cela pour les deuxième et troisième mouvements. La pièce est composée uniquement de bruits produits sans intention (bruits involontaires). Ce morceau demeure encore controversé à ce jour. John Cage considérait que « le silence est une vraie note ». « « Silence » désignera désormais l’ensemble des sons non voulus par le compositeur ». Il est une invitation à l’écoute de cette activité qui ne s’arrête jamais.

L’œuvre est destinée selon John Cage à être exécutée de n’importe quelle façon par n’importe qui. Il suffit de tousser, bailler, d’éternuer, de se mouvoir dans son fauteuil et l’œuvre se constitue, dans un pseudo-silence.

Français

De ses origines à nos jours, la notion de silence recouvre trois significations distinctes. Le silence, c’est d’abord se taire : « Fait de ne pas exprimer sa pensée, oralementou par écrit » (XIIeme siècle). Le mot latin ‘silentium’ et le mot français silence sont également synonymes des termes calme et repos. Du IXème siècle au XVIème siècle, le dictionnaire décrit le silence comme un intermède musical, les sons sont convoqués pour faire émerger le silence. Au XVIIème siècle, le sonore envahit le monde du silence et devient l’expression de l’opposition au bruit : « terme relatif, s’oppose au bruit ». Du XVIIIème siècle à nos jours, le silence se définit par opposition au bruit ou plutôt à son absence. Le silence est valorisé comme une attitude de non-émetteur.

Alain Corbin (2016) dans son ouvrage « Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours. » revient sur l’histoire de cet âge où la parole était rare et précieuse. Condition du recueillement, de la rêverie, de l’oraison, le silence est le lieu intime d’où la parole émerge. Les moines ont imaginé mille techniques pour l’exalter, jusqu’aux Chartreux qui vivent sans parler. Philosophes et romanciers ont dit combien la nature et le monde ne sont pas distraction vaine. Une rupture s’est produite, pourtant, aux confins des années 1950, et le silence a perdu sa valeur éducative. L’hypermédiatisation du XXIe siècle nous contraint à être partie du tout plutôt que de se tenir à l’écoute de soi, modifiant la structure même de l’individu.

Le silence se vit dans l’intimité des lieux …

  • La Bruyère : «Mécontent de tous et mécontent de moi, je voudrais bien me racheter et m’enorgueillir un peu dans le silence et la solitude de la nuit »
  • Kafka exprime le désir d’avoir une chambre d’hôtel qui lui permette de s’isoler, de se taire, de jouir du silence, pour écrire la nuit.
  • Victor Hugo décrit une chambre imprégnée de silence : celle de la jeune travailleuse toute à son ouvrage… Dans cette mansarde se nouent le travail, la pureté, la piété et le silence.- Jules Verne (Fantaisie du docteur Qx) a poussé jusqu’à l’absurde la description du silence total qui règne au sein d’une ville flamande imaginaire.

Les manifestations sur lesquelles s’appuyer

Filtrer

23

partage

Partagez sur Facebook

1/