13.06.2019

Risques auditifs Exposition Interview

Retour sur Electrosound, l’exposition qui pénètre dans les coulisses d’un concert

0

0

Interview

Ayant pris fin le mois dernier à Toulouse, Julie Poirier, directrice adjointe de Science Animation, revient sur la conception de cette exposition interactive qui sensibilise le public à la gestion sonore, et particulièrement les jeunes, aux risques auditifs et aux moyens de protection.

 

Pouvez-vous présenter l’activité de Science Animation ?

Science Animation est une association œuvrant au rayonnement de la culture scientifique, technique et industrielle sur le territoire régional et national. Elle développe des projets, anime des lieux, des communautés, des événements afin de rendre accessible à tous les sciences, les techniques et les innovations. Labellisée « Science et Culture, Innovation » par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, les nouvelles technologies, le numérique et l’innovation sont au cœur de ses actions. Science Animation se consacre principalement à la conception d’expositions, d’animations et de dispositifs interactifs.

 

Comment s’est orientée votre démarche pour concevoir l’exposition Electrosound ?

Au départ, nous voulions réaliser une exposition sur la thématique du son. Mais nous souhaitions prendre un parti pris original. C’est pourquoi, nous avons imaginé une scénographie et un univers autour du concert.

Ainsi, dans cette exposition, les publics sont accueillis par une scène de concert. Mais à peine entrés, ils découvrent que le concert ne va sans doute pas avoir lieu, car les assistants de l’ingénieur son ont disparu. Ils vont alors être mis à contribution et devoir relever de nombreux défis afin que le concert ait bien lieu.

 

Par quels moyens avez-vous sensibilisé le jeune public à la bonne gestion sonore et aux traumatismes auditifs ?

À Science Animation, nous accordons beaucoup d’importance à l’interactivité dans nos expositions. C’est pourquoi, afin de sensibiliser les publics à la bonne gestion sonore, il nous a paru pertinent de ne pas simplement transmettre un discours, mais bien de mettre les publics en situation afin qu’ils comprennent les enjeux de ce sujet. Nous avons donc réalisé quatre dispositifs sur cette thématique :

  • Un dispositif sur les décibels, où il s’agit de faire correspondre une situation et un niveau de décibels. Cela permet au passage de casser quelques idées reçues !
  • Un mapping sur une maquette d’oreille qui permet de découvrir très en détails le fonctionnement de l’oreille, ses différentes composantes ainsi que notre réception du son.
  • Un dispositif sur les risques auditifs pour faire découvrir les impacts du bruit sur tout notre corps !
  • Pour finir, nous avons développé un module qui permet d’écouter un même morceau de musique, mais avec différents paramètres (oreilles d’enfant, oreilles de personne âgée, oreilles avec acouphènes…).
Image de

Crédits

Audition Santé

Quel rôle a joué Octopus dans l’élaboration du projet ?

Octopus était co-producteur de cette exposition. Ils nous ont accompagnés dans la conception des contenus et des dispositifs, ont participé à la réflexion du scénario de visite et ont largement contribué à la réussite de ce projet !

 

L’exposition a joué les prolongations plusieurs mois, quel accueil lui a été réservé ?

Plus de 10.000 personnes sont venus visiter l’exposition lors de sa prolongation, donc je dirais que l’accueil a été plutôt très positif ! Nous avons d’ailleurs réalisé une évaluation des publics tout au long de l’exposition et globalement les publics semblaient très contents de leur venue. Ceci est particulièrement motivant pour la suite.

 

Envisagez-vous l’itinérance de l’exposition ?

Oui bien sûr ! L’exposition est maintenant prête pour se déplacer sur le territoire français. Nous avons déjà eu plusieurs demandes, mais il y a encore de la place ! Alors n’hésitez pas à nous contacter !